Les banques risquent de perdre 600 milliards d’euros de dépenses des millénaires

 

Le secteur bancaire doit réimaginer ce que les services bancaires actuels signifient pour les millénaires ou risquer de perdre un potentiel de 600 milliards d’euros de dépenses indirectes que les millénaires peuvent influencer.

Les milléniaux sont bien éduqués et avertis sur le plan financier. Ils ne sont pas facilement attirés par les gadgets marketing et sont désireux de poser des questions et d’apprendre. Donc, lorsqu’il s’agit de services financiers et bancaires, les milléniaux ne sont pas différents en brandissant le pouvoir de leur portefeuille.

Les organisations de toutes les industries tournent leur attention et leur priorité vers la création de produits et de services pour répondre à ce segment de la population. Mais qu’en est-il des banques ?

 

La  » banque  » perd de sa pertinence

Une étude sur trois ans a révélé qu’un tiers des milléniaux pensent qu’ils n’auront pas besoin d’une banque à l’avenir. Ces millennials ont également classé les quatre premières banques parmi les « dix marques les moins aimées », et 71 % d’entre eux ont déclaré qu’ils préféraient aller chez le dentiste plutôt que d’écouter ce que disent leurs banques !

Ce n’est pas une surprise, car ce groupe a grandi à une époque qui a été témoin de crises financières et de la perte de foi et de confiance dans le secteur bancaire. C’est également la période où les nouvelles technologies ont permis à des entreprises de perturber chaque partie de la chaîne de valeur bancaire.

Il est clair que le secteur bancaire doit déterminer la meilleure façon d’utiliser les nouvelles technologies et d’intégrer les services bancaires dans la vie quotidienne de leurs clients s’il veut rester pertinent.

 

Pas de plastique, s’il vous plaît

Les milléniaux ne se mettent pas au crédit aussi facilement que leurs parents. Plusieurs études ont montré par le passé que plus de 60 % des milléniaux ne possèdent pas de carte de crédit. En fait, certains chiffres suggèrent que les milléniaux sont beaucoup plus responsables que leurs parents en matière d’endettement. C’est peut-être le résultat du fait d’avoir été témoin direct de multiples et fréquents ralentissements financiers, déclenchés par un excès de crédit.

Les milléniaux préfèrent de loin utiliser le débit : Les cartes de débit sont populaires et ils sont plus à l’aise avec les portefeuilles mobiles ou électroniques. C’est aussi un choix naturel car une part importante de leurs achats se fait en ligne et non en magasin. 

 

Une fenêtre de cinq pouces sur le monde

Mobile, mobile, mobile. Facebook a publié plus tôt cette année un rapport sur le comportement financier des milléniaux. Ce rapport soulignait l’importance des services bancaires mobiles pour les milléniaux. Les données analysées par Facebook montrent que les milléniaux sont des banquiers multicanaux. Bien qu’ils s’attendent à utiliser le canal le plus pratique pour leurs besoins immédiats, l’accès mobile est clairement le plus important. Le reste de leur vie repose sur cet appareil et les services financiers ne devraient pas faire exception.

Des recherches récentes montrent que 82 % des milléniaux s’attendent à ce que même les services traditionnels réservés aux succursales, comme le dépôt de chèques, soient disponibles sur leurs smartphones.

Non seulement cela, mais ils s’attendent à ce que les services bancaires soient de plus en plus intégrés à d’autres applications et services et non à une capacité autonome. Les millennials passent jusqu’à 3,4 heures par jour sur leur téléphone portable. Ils passent plus de 46 % de leur temps à surfer sur les plateformes de médias sociaux, 42 % à regarder des vidéos et 12 % à faire des achats en ligne. Les achats en un clic sur Facebook, les paiements intégrés sur Uber et un pas de plus dans l’augmentation de la réalité avec Pokemon Go sont des exemples de ce à quoi ils s’attendent (découvrez Pokemon epoe !).

 

Je suis le centre de mon univers

Les entreprises technologiques non financières comme Google, Facebook et Amazon offrent des services hautement personnalisés à chacun de leurs clients. Il n’est donc pas surprenant que les milléniaux attendent le même type de services personnalisés de la part de leurs banques.

Dans le monde utopique des milléniaux, les banques géreront leurs finances en toute sécurité, comprendront leurs objectifs et leurs désirs, et leur proposeront en permanence les bons produits, les bonnes offres et les bons conseils financiers pour les aider à atteindre leurs objectifs financiers ; les banques doivent se montrer indulgentes et les engager.

Un rapport récent indique que les consommateurs veulent aider les organisations financières à améliorer la façon dont elles communiquent, fournissent des conseils et vendent leurs services à l’avenir en mettant à leur disposition des informations personnelles. En bref, ils sont heureux d’offrir leurs données personnelles, mais attendent en retour de la personnalisation et de la pertinence.

A mesure que le coût de la technologie diminue et que les algorithmes et l’intelligence artificielle orientent les décisions, le pouvoir de la personnalisation, autrefois réservé aux grandes sociétés Internet, est désormais accessible à pratiquement n’importe quelle organisation.

Les milléniaux sont plus susceptibles d’interagir avec une marque lorsqu’elle est prête à personnaliser.